Ma fille, moi aussi, j’ai peur

Ma fille, moi aussi, j’ai peur

En ce moment, ma Cacahuète, tu sembles avoir peur de nombreuses choses : le noir, les bruits soudains, quand on te fait l’avion avec la cuillère. Je veux que tu saches ma fille, bien que j’essaie de te rassurer un maximum que moi aussi, il m’arrive d’avoir peur des fois.

J’ai peur du futur

J’ai peur pour ton futur à toi. Le réchauffement climatique est galopant. Comment vas-tu survivre dans ce monde à l’avenir ? Es-tu condamnée à vivre d’inondations et de canicules ? Et est-ce que notre modèle social aura explosé lorsque tu seras à l’âge où tu chercheras un emploi ? Peux-tu espérer avoir une pension un jour ?

J’ai peur des autres

Pour l’instant, tu es tellement empathique et gentille. J’ai peur que d’autres te fassent mal, physiquement ou mentalement. J’ai peur du harcèlement, j’ai peur de la violence. J’ai peur que tes futurs profs ne comprennent pas ta manière d’apprendre ou te jugent.

J’ai peur de la maladie

J’ai peur quasiment dès que ton nez coule. J’ai peur qu’on te déclare une maladie incurable ou dégénérative. J’ai peur que moi ou ton papa tombions gravement malades et que tu doives apprendre à vivre sans nous.

J’ai peur de moi

J’ai peur qu’un jour, j’ai un comportement inadéquat qui te marque à vie. Une parole blessante, un geste ou une décision qui ferait que tu me détestes pour le restant de tes jours. J’ai peur de la vieillesse et que je devienne une personne aigrie et cynique.

J’ai peur qu’un jour, tu ne m’aimes plus

Ce n’est pas parce que tu es sortie de mon utérus et que je t’aime à l’infini, que tu dois m’être redevable. Non, tu ne me dois absolument rien. Mais voilà, j’aimerais tellement que tu m’apprécies et que tu continues à me donner des nouvelles une fois adulte. J’ai tellement peur de ne plus faire partie de ta vie tout simplement.

Et pourtant

sache que c’est normal d’avoir peur mais aussi qu’il est possible de vivre avec elles, de les maîtriser pour qu’elle ne dirige pas ta vie.